Depuis le 1er janvier 2015, les espaces publics et parmi eux les cinémas, doivent pouvoir être accessibles aux personnes ayant des difficultés de mobilité ou encore de problèmes auditifs. Des moyens financiers ont donc été mis en œuvre afin de parvenir à cet objectif, pour le plus grand plaisir des amoureux du septième art !

 

Le handicap en France

Selon l'enquête de l'INSEE, près de 18% de la population française est affectée par une incapacité ou un handicap. Il peut s'agir de difficultés de mobilité, de maladies limitantes ou de problèmes d'audition par exemple. Cela a pour conséquence d'entraver les déplacements et cela impacte la vie quotidienne. Les personnes concernées sont donc limitées dans leurs choix de sorties et les occasions d'entretenir sa vie sociale. Conscients de cette situation problématique, les pouvoirs publics ont donc mis en place un certain nombre de mesures afin de rendre accessibles l'espace public, y compris les lieux de culture.

Un lieu est défini comme étant accessible aux personnes handicapées, lorsqu'il leur permet avec la plus grande autonomie possible de : circuler, d’accéder aux locaux et équipements, de se repérer, de communiquer et de bénéficier des prestations en vue desquelles cet établissement a été conçu

La Loi du 11 février 2005 s'y réfère  « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Un film est dit "accessible" s'il offre une audio description ainsi que des sous-titres pour les personnes malentendantes.

Qu'en est-il des aménagements dans les salles de cinéma ? Une des sorties les plus populaires ! 

Un problème de société

La mobilisation des pouvoirs publics

La question de l'accessibilité du cinéma a fait l'objet de discussions depuis la Commission Nationale Culture Handicap en 2012. Les efforts mis en place dans les cinémas concernent deux points majeurs :la facilitation de l'accès aux personnes ayant un handicap moteur et sensoriel. 


 Le Centre national de la cinématographie (CNC) estimait en 2004 que 80,2% des salles de cinéma disposait d’une salle accessible aux personnes à mobilité réduite, mais que seulement 45.6% des cinémas étaient intégralement adaptés aux fauteuils roulants. Des groupes de travail se sont donc réunis afin d'améliorer la situation.

A compter du 1er janvier 2015, les cinémas doivent obligatoirement être accessibles à tous . Les films sont présentés en audio-description à l'aide de casques HF et de sous-titres (en Version Sourds et Malentendants ou en Version Originale Sous-Titrée). Les salles sont obigatoirement aménagées pour les personnes à mobilité réduite (notamment avec des rampes d'accès).

Les professionnels du cinéma mobilisés

Le Ministère de la Culture a donné pour mission au Centre de la Cinématographie d'aider les propriétaires de cinémas à réaliser les travaux nécessaires, des aides financières dédiées aux travaux d'aménagement ont été déployées.

La mobilisation s'étend également au numérique puisque le CNC accompagne les plateformes de vidéos à la demande dans l'adaptation des œuvres cinématographiques ou audiovisuelles, qu'elles soient françaises ou européennes.

Pour aller plus loin...

Sources : Fonds handicap et Société, Fédération Nationale des Cinémas Français, Talentéo, INSEE, Audition et Vie, CNC, Handicap & Société, FNCF, Agence pour le Développement Régional du Cinéma

Recevez les dernières actus de la Framboise !

Actualité, Revues de presse, Sélections d'Articles ... restez connectés, abonnez-vous à notre Newsletter !