Saviez-vous que l’alimentation avait une grande responsabilité sur le vieillissement et qu’elle pouvait être à l’origine d’une perte d’autonomie ? Découvrez comment accompagner une personne âgée dans ses habitudes alimentaires sans la déresponsabiliser, mais aussi les points essentiels à surveiller.

Santé d’une personne âgée, points à surveiller pour préserver l’autonomie

Conserver son autonomie, c’est avant tout en préservant sa santé par des habitudes alimentaires adaptées.

 

Le poids

Simple et rapide, le poids et surtout la variation du poids est un indicateur essentiel.

Pourquoi la variation du poids et non le poids ou l’IMC ?

Excepté dans le cadre d’une recommandation médicale, faire un régime dans le but de perdre du poids n’est pas synonyme d’amélioration de la qualité de vie du senior. Un surpoids peu même s’avérer positif en la protégeant de certaines fractures ou en lui apportant une meilleure résistance aux hospitalisations.

Une stabilisation du poids est en revanche synonyme d'un rythme de vie sain et adapté.

Quand déterminer qu’une variation est anormale ?

Il convient de vérifier le poids au minimum une fois par mois et toutes les semaines en cas de conditions spécifiques comme lors d'une canicule, lors d'une convalescence faisant suite à une hospitalisation ou lors d'une simple maladie entrainant des diarrhées, vomissements ou fièvres.

De façon générale, une variation du poids de 5% en 1 mois ou de 10% en 6 mois doit être considérée comme alarmante.

  • Une prise de poids continue résulte aussi souvent d’un déséquilibre dans le rythme alimentaire ou dans l’équilibre énergétique de l’alimentation. Consulter un nutritionniste est la meilleure réponse à apporter.
  • Une perte de poids continue signifie que l’apport énergétique est inférieur à sa consommation. Si cela ne coïncide pas avec une hausse ou une reprise de l’activité physique, il faut s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une conséquence psychologique induisant une malnutrition.
  • Les pertes de poids très rapides de 1 à 2 kg en une semaine est souvent signe d’une déshydratation, état très dangereux pour une personne âgée. Faire boire la personne régulièrement toutes les heures et demi-heures devient urgent.
  • Les prises de poids très rapides de 2kg à plus en une semaine indiquent généralement une rétention d’eau due à un traitement médical.

Dans les deux cas, il est essentiel de prévenir le médecin au plus vite.

 

L’alimentation

La perte d’appétit et les carences alimentaires sont fréquentes chez les personnes âgées. Souvent causées par soit une perte d’activité, soit une baisse du morale, la dénutrition peut engendrer un cercle vicieux accentuant le mal qui l’a causé, jusqu'à parfois conduire à la dépression. La perte de muscle, la baisse de tonus, la fragilisation du corps face aux chocs et aux maladies, sont autant de conséquences d’une alimentation insuffisante contribuant à la baisse d’activité et à la diminution du lien social.

Outre le fait de vérifier que l’alimentation est convenable, s’assurer que les repas soient réguliers et variés est tout aussi important. Le contrôle du réfrigérateur entre les différentes visites devient alors nécessité lorsque le doute s’installe. S’il est vide ou mal achalandé, n’hésitez pas à proposer d’y remédier en faisant des courses ensemble.

 

L’hydratation

La sensation de soif s’estompe avec l’avancée dans l’âge. Boire sans soif est donc essentiel tant la déshydratation est un facteur dangereux.

Boire 1 à 1,5 litres par jours est donc essentiel. Si la personne âgée est réfractaire, proposez tous les types de boissons aromatisées (eau plate ou gazeuse, café, thé, jus de fruits), mais aussi des aliments contenant beaucoup d’eau (potages, yaourts, concombres, tomates…) qui pourront compléter l'apport en eau.

 

Le niveau d’activité

Entretenir et développer ses muscles développant le tonus est un facteur majeur de la préservation de l’autonomie par l'activité en plus de restreindre le risque de chutes.

Le manque de tonus conduisant à la sensation de fatigue physique poussera d'autant plus à l’inactivité et donc aura des conséquences directes sur la santé et la socialisation de la personne âgée.

Empêcher le «laisser-aller» et toujours veiller à ce que les tâches du quotidien soient exécutées par la personne elle-même est la première des solutions contre l’inactivité.

  • Préparer ses repas
  • Profiter de toutes les occasions pour sortir marcher (se promener, faire ses courses…)
  • Prendre en charge les tâches ménagères qui lui sont accessibles
  • Faire sa toilette et à s’habiller seul dans la mesure du possible.

Même si l’ajout de petits exercices est fortement recommandé, adopter le réflexe d’intervenir le moins possible et de toujours préférer laisser la personne faire par elle-même tout ce qui est à sa portée aura pour effet de maintenir son autonomie en plus de l’encourager à progresser dans cette voie.

 

Comment favoriser l'autonomie d’un senior ?

Préserver, voire développer l’autonomie d’une personne âgée est fondé sur l’idée qu’il ne faut pas tout prendre en charge à la place de la personne âgée et donc de ne pas culpabiliser. Agir par compassion, sans prendre en compte les capacités réelles de la personne peut avoir l’effet inverse en la déresponsabilisant, voire en dégradant son autonomie en accentuant son sentiment de dépendance et son estime de soi.

Les principales règles à respecter au quotidien pour accompagner un senior dans cette démarche est donc :

  • D’être à l’écoute de ses besoins et de ses envies par la conversation en dépit des éventuelles difficultés d’élocution, de vue ou d’audition;
  • Faire preuve de pédagogie pour changer les mauvaises habitudes par la réflexion, par l'adhésion et non pas par l’autorité. Faire des changements radicaux basés sur leur seul bien-fondé peut donner au senior le sentiment d’être jugé et de la conduire un rejet des efforts.
  • Ne jamais faire à sa place ce dont elle est capable, afin de toujours pour préserver son autonomie.
  • L’impliquer dans les décisions en lui proposant différentes alternatives (où faire les courses, quoi manger, quelles activités l’intéressent) et la solliciter pour l’accompagner.
  • La laisser responsable de son budget est également source d’une grande satisfaction et donne un vrai sentiment d’indépendance.

La dernière et plus importante des règles est de ne pas hésiter à prendre conseils auprès des professionnels de la santé en cas de doutes (aides-soignants, médecins, nutritionnistes).

Source : http://www.inpes.sante.fr

Recevez les dernières actus de la Framboise !

Actualité, Revues de presse, Sélections d'Articles ... restez connectés, abonnez-vous à notre Newsletter !